Les Japonais et les couleurs

Posté le 8 mai 2020 par Klodya

Si vous apprenez le japonais ou si vous êtes juste curieux de la culture, un jour ou l’autre, vous tomberez sur un feu vert et vous découvrirez que l’on appelle ça 青信号 (ao shingo = feu BLEU). Mais pourquoi ? Ont-ils des feux de signalisation bleus ? Certains feux verts ont effectivement été remplacés par des feux bleus et je vais vous expliquer pourquoi… De même, on ne dit pas des légumes verts, mais des légumes bleus ! Et ce n’est pas tout…

☆ Un peu d’histoire…☆

Les couleurs sont très importantes pour les Japonais. Par exemple, chaque couleur portée sur un kimono a une signification. De même, on porte du bleu pour un entretien d’embauche car c’est censé porter chance et historiquement, il représente, la fraîcheur, la fidélité, la passivité. Pour comprendre d’où ça vient, il faut remonter à la préhistoire car à l’époque, seulement 4 couleurs étaient reconnues:

aka 赤あか rouge,

kuro 黒くろ noir,

shiro 白しろ blanc,

ao 青あお bleu.

 

Source : kakimono.biz

 

Ces 4 couleurs représentaient ce qui est clair (lumineux) / obscure mais aussi clair et vague. On appelle cela le meian kenbaku (明暗顕漠). L’obscurité de la nuit est fendue par le blanc de l’aube, qui est suivie par le rouge de l’aurore. Plus tard dans la journée, nous avons le crépuscule nautique aussi appelé heure bleue puis le crépuscule astronomique (un bleu profond), juste avant de passer à la nuit complète, le noir.

Le système de couleur traditionnel apparut plus tard. En 603 A.D., le prince Shotoku établit un système de 12 couleurs où seuls les nobles avaient le droit de porter certaines couleurs (禁色) et chaque couleur définissait un rang.

Source : Wikipédia

 

 

Crédit : Heritage of japan.wordpress.com

 

Si l’on prend l’exemple des geishas et de leurs kimonos, sachez que chaque mois, elles portent des kimonos de différentes couleurs. En février, ils sont pourpre et violet car c’est le mois de la floraison des pruniers. Tandis qu’en décembre, ils sont couleur lavande et bleu foncé.

☆C’est vert ? Non c’est bleu !☆

Sachez que dans l’ancien temps, le mot “vert” 緑 existait mais il désignait les germes, les pousses de couleurs vertes et c’est beaucoup plus tard que ce mot fût utilisé pour désigner la couleur verte. En fait, c’est la même chose pour nous et le fruit / la couleur orange. En japonais, pour dire gris, on dit ネズミ色 (nezumi iro : nezumi veut dire souris et iro, couleur). En français, on appelle un bleu, une jeune recrue dans la police, en japonais, c’est un jeune employé, quelqu’un qui n’a pas d’expérience.

Vous l’aurez compris, le bleu désigne tout ce qui n’est pas encore mature / mûre. C’est pourquoi, on peut dire :

この林檎はまだ青いから食べません。(Kono ringo wa mada aoi kara tabemasen / je ne mangerai pas cette pomme, elle est encore bleue).

On dit :
Ao Yasai (青野菜) : Des légumes bleus

Ao Mushi (青虫) : Une chenille bleue

Ao dake (青竹) : Un bambou bleu

Ao ba (青葉) : Les feuilles bleues

Ao ringo (青林檎) : Une pomme bleue

Ao remon (青レモン) : Un citron bleu

Crédit : Lima-netshop.jp

 

☆Et les feux de signalisation alors ?☆

Le 1er feu tricolore fut installé au Japon en 1930 et à cette époque, il était bien appelé “midori” (vert) mais plus il y a eu de feux, plus on a dit feu bleu. Tout simplement par habitude ! Au Japon, le rouge, le bleu et le jaune sont les couleurs primaires alors ce sont ces mots qu’on utilisait le plus souvent pour désigner n’importe quelle couleur. A force de dire feu bleu, le gouvernement japonais décida de changer officiellement l’appellation en feu bleu en 1947. En 1973, un décret fut adopter pour que les feux verts soient le plus proche possible, de la couleur bleue.

Toutes ces couleurs sont appelées “bleu”

 

Dans certains endroits, vous verrez les feux carrément bleus tandis que généralement, ils seront verts.

Ainsi, ne soyez pas étonnés si un Japonais vous dit :

ça y est, le feu est bleu !

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Confidentialité