Yojouhan Shinwa Taikei

Posté le 5 janvier 2020 par Saya
Synopsis

Dans cet anime nous suivons un jeune homme qui est le narrateur de l’histoire, nous ne connaissons pas son nom. Il nous raconte ses différents choix de vie.

Dans l’anime, il arrive au terme de sa troisième année de faculté. À chaque fin d’épisode, il retourne dans le passé, à sa première année de fac.
Chaque nouvelle année, il choisira un nouveau club, et fera ainsi de nouvelles rencontres (mais trois reviennent sans cesse). Le phénomène se répétera et nous suivrons ses différents choix dans ce cycle sans fin…

Nom complet :
四畳半神話大系
Genres :
Thèmes :
Type :
Pays d'origine :
Japon
Auteur :
Morimi Tomihiko (roman)
Année de production :
2010
Épisodes :
11
Durée :
23 min
Réalisateur :
Yuasa Masaaki
Scénariste :
Yuasa Masaaki, Ueda Makoto
Compositeur :
Oshima Michiru
Character Designer :
Ito Nobutake
Studio :
Madhouse
Classification :
14 ans et +
Seiyuu : Asanuma Shintaro

Watashi (son nom étant inconnu, il s’appelle “Je” ou “moi”) est le narrateur de l’anime. Nous le suivons dans son périple. Il est en troisième année de fac et revit à chaque épisode ses années d’études.
Il y va toujours en tête de s’inscrire dans un club qui lui fera devenir sociable et populaire; et qu’il y rencontrera une douce et belle jeune fille aux longs cheveux noirs avec qui, il vivra le parfait amour.

Il parle extrêmement vite et pense beaucoup. Il est un peu contradictoire entre ses pensées, ses dires et ses gestes. Il  a du mal à voir plus loin que le bout de son nez et est extrêmement influençable.

 

Seiyuu : Yoshino Hiroyuki

Ozu est un étudiant de la même promotion que Watashi, inscrit en section technologique. Son “maître à penser” est Seitarô Higuchi habitant la pension Yusui, pour qui il accomplit certaines missions en tant que disciple.

Ozu est décrit tout le temps par notre narrateur comme étant une créature machiavélique, il n’est même pas humain. Il est aussi la soit-disant source de ses malheurs mais finit toujours par faire le choix de le côtoyer malgré le dégoût qu’il ressent à son égard.

Seiyuu : Sakamoto Maaya

Akashi est une étudiante de deuxième année à l’université, inscrite en section technologique comme Ozu. Elle se donne toujours à fond dans ses activités de club, ce qui lui vaut une grande reconnaissance de la part de ses pairs.

En revanche, elle est très réservée et répond souvent sèchement aux gens qui lui posent des questions.
Du style “Qu’est-ce que tu vas faire?” elle répondra ” Je ne vois pas en quoi cela vous regarde”. Attitude que notre narrateur loue sans cesse.
Elle ne semble pas apprécier les marques d’affection mis à part, de temps en temps celle de “Watashi”.

C’est une fan inconditionnée du héros Mochiguman, tiré d’un dessin animé. Elle porte d’ailleurs constamment sur elle cinq petites peluches/porte-clés de lui. Dans chaque épisode elle en perd une et Watashi lui promet de la lui retrouver.

Elle a une phobie monstre des papillons de nuit.

Seiyuu : Fujiwara Keiji

Seitarô est un multi redoublant à la dégaine nonchalante et à l’esprit omniscient, qui réside au 210 de la pension Yusui. Dans le premier épisode il se présente comme étant un dieu qui essaye de caser Akashi soit avec Watashi soit avec Ozu. Mais la plupart du temps, il a plutôt l’air de ne rien faire.

Décalé par son style vestimentaire, il a tout l’air de l’image d’un sage ou d’un ermite, pour ces raisons il est souvent appelé “maître”.

Il est aussi recherché par la police car ne rend jamais les livres qu’il emprunte.

Seiyuu : Suwabe Junichi

Masaki est le président du club de cinéma qu’il dirige d’une main tyrannique. Bel homme, charismatique et social, il a tout pour rendre jaloux en apparence. Car en effet il a plusieurs bagages qui pourrait aisément le faire tomber en disgrâce, sans compter toutes les années qu’il a redoublées. Mais je ne vous dis rien, vous aurez la surprise !

Masaki voue également un culte à sa poupée (love-doll) Kaori, pour laquelle il serait prêt à tout !

Je vous montre les autres affiches car je ne les trouves assez jolies. Dessiné par Yusuke Nakamura, le talentueux illustrateur derrière les pochettes d’album d’ASIAN KUNG-FU GENERATION.

 

Ensuite place a la musique ! 🙂

 

Opening:

=> Titre: Maigo Inu to Ame no Beat
=> Interprète: ASIAN KUNG-FU GENERATION (Amer Beton, Bleach, Naruto, Boku dake ga Inai Machi…)
=> Paroles: Goto Masafumi (Amer Beton, Bleach, Naruto, Boku dake ga Inai Machi, Dororo…)
=> Compositeur: Goto Masafumi
=> Arrangements: ASIAN KUNG-FU GENERATION  (Yoru wa Mijikashi Arukeyo Otome, Dororo…)
Ending 
=> Titre: Kami-sama no Iu Toori
=> Interprète: Sunahara Yoshinori, Yakushimaru Etsuko, Ishiwatari Junji
=> Paroles: Ishiwatari Junji
=> Compositeur: Sunahara Yoshinori
=> Arrangements: Sunahara Yoshinori

 

Un film est sorti, c’est une histoire en parallèle de l’anime mais ça peut aussi faire office d’une sorte de suite.

Même staff que pour l’anime.
TitreYoru wa Mijikashi Arukeyo Otome (The Night is Short, So Walk, Girl)
Durée : 1h31
Date de sortie : 07/04/2017

Synopsis: Nous suivons Watashi qui essaie maladroitement d’attirer l’attention de celle qu’il aime.

Yojouhan Shinwa Taikei, que je connaissais sous le nom de The Tatami Galaxy est un anime original, qui ne ressemble pas aux autres animes. C’est pour ce petit coté “pas comme les autres” que je m’y suis intéressé. Et je ne regrette pas! Je trouve l’histoire très psychologique et philosophique. Suivre une jeune personne qui a la fâcheuse tendance à rejeter la faute sur une personne par rapport à ses années d’études dites “gâchées”; on lui donne la possibilité de recommencer indéfiniment mais il choisit immanquablement souvent le mauvais choix. C’est intéressant de voir quel choix, nous on ferait si on avait la possibilité de recommencer.
Par contre le scénario peut sembler redondant, vu que ça tourne en rond, mais on apprend toujours de nouvelles choses alors je trouve que c’est assez bien équilibré.

Petite note au Seyuu de Watashi: Impressionnante capacité de parler très vite en articulant bien! Il parle quasiment non stop, que ce soit en voix OFF ou dans l’anime. Ne clignez pas des yeux, vous allez rater 2 phrases ! Non j’exagère… un peu…

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
Confidentialité